Les nouvelles parues dans Frontières disponibles sur le site…

à raison d’une tous les quinze jours.

Vous pourrez donc lire (ou relire) les nouvelles découvertes dans les précédents numéros de la revue, au format pdf, téléchargeables à volonté. On commence avec Inculture d’Hugo Ferrante, une histoire d’ordures en tous genres et de fascination pour le livre et le savoir dans un univers rongé par la pollution. Ça se passe en colonne de droite (>>>>>) et, comme d’habitude, il suffit de cliquer sur le petit bandeau.

Bonne lecture !

Frontières #4

Le voilà le numéro 4 de Frontières !

Il nous aura fallu du temps et rassembler pas mal d’énergie mais nous n’avons pas abandonné. Inutile de vous dire que nous ne suivons pas un quelconque planning, puisqu’il nous est difficile de nous y tenir, mais le numéro rassemble encore une fois tout notre intérêt et toute notre passion pour cette littérature de l’imaginaire, rien n’a changé donc.

Gageons que nous serons plus ponctuels pour Frontières 5ème du nom, puisque nous ne comptons pas nous arrêter en chemin.

Nouveauté pour ce futur numéro et probablement les prochains: nous allons procéder à un appel à texte autour d’un thème prédéfini, que nous communiquerons le plus rapidement possible via le site et Facebook. Si nous devons nous concerter avant toute décision, une chose est sûre, nous éviterons les sujet du type « les dragons » ou « les fées », sans discrimination aucune, tout simplement car ces sujets trop réducteurs ne nous intéressent pas en tant que tels. Nous tâcherons donc de viser plus large.

Toute contribution en matière de chroniques est une fois encore la bienvenue.  Nous en profitons d’ailleurs pour remercier une fois de plus Marcelline Perrard pour nous avoir confié sa chronique d’Andrus Kivirähk et lui souhaitons bienvenue au sein de l’équipe des chroniqueurs.

Finalement, à la demande de certains lecteurs, deux versions du numéro 4 de Frontières sont disponibles : un PDF interactif s’affichant en double page, et un PDF page par page, plus simple à utiliser sur tablette. Toutefois, sur cette dernière version, vous le verrez, la BD passe mal, le découpage fut un petit casse-tête vite abandonné. Côté bédé justement, Huxley Dust est un peu remonté, on le comprend, mais ne le prenez pas personnellement, il rôde encore parfois parmi nous, au coin d’une table, un crayon sur l’oreille, une gomme dans la poche et l’œil aiguisé comme jamais.

Avant de vous souhaiter une bonne lecture et de vous donner rendez-vous au prochain numéro, je voudrais saluer la vaillance des libraires de la librairie Chapitre Les Volcans. Cela fait plusieurs mois qu’on les balade au gré d’infos plus ou moins utiles, plus ou moins vérifiées, plus ou moins concédées. Le but n’est pas de cracher sur les choix d’une direction flageolante, peut-être un peu peureuse face à sa force de vente et qui semble avoir perdu toute notion de ce que représente une librairie (vous savez où vont les rats quand le navire coule : au café du coin, en parachute argenté). Le but n’est pas non plus de critiquer les modes de fonctionnement des groupes comme Actissia ou le fond d’investissement  Najafi Companies, mais davantage de souhaiter, suite au dépôt de la SCOP des salariés, énormément de courage pour les quelques jours restant.

T.,  ce numéro t’est donc dédié.

Double page

Frontieres #4 double_page

Page par page

Frontieres #4 page_page